i-Solo, Jérôme Thomas habite la piste du Cirque Jules Verne à Amiens !

Jonglage, prise de parole, humour, jeux sonores électro-futuristes, Jérôme Thomas réussit le pari d’un solo dont les fulgurances rythment les grands moments de sa poésie jonglée. Ce spectacle, qui a ouvert le festival La Route du Sirque l’été 2018 à Nexon, a rencontré dès la première un franc succès public.

Le début de l’aventure de cette création ayant débuté à l’automne 2017 au Cirque Jules Verne PNCAR d'Amiens, nous vous invitons à nous y retrouver le 25 janvier à 20 heures, Place Longueville.

I-solo
Ce spectacle a été coproduit par le Cirque Jules Verne, Pôle National Cirque et Rue d'Amiens, et a reçu le soutien du Sirque, Pôle National Cirque de Nexon, Nouvelle Aquitaine (résidence de création), ainsi que de l'ARTDAM Bourgogne-Franche-Comté. Nous remercions également la Minoterie, scène conventionnée jeune public de Dijon et la ville de Dijon.

« Dans i-Solo, mis en scène par Aline Reviriaud, Jérôme Thomas dit et montre sa lutte contre sa propre manière de jongler avec tout ce qu’il touche. (…) Comme ses balles qu’il fait fuser entre deux monologues, les phrases deviennent dans sa bouche des choses à lancer en l’air et à rattraper. (…) Ciselés, pleins de l’humour et du sens de l’absurde qu’on lui connaît, les textes de Jérôme Thomas sont comme son jonglage chorégraphié : des poèmes adressés au monde sur le ton de la question. »

Anaïs Heluin, La Terrasse – Rentrée Circassienne – octobre 2018
http://www.journal-laterrasse.fr/hors-serie/i-solo/

« Depuis combien de temps Jérôme Thomas jongle-t-il avec des balles blanches, des plumes de paon ou de pigeon, des notes, des paradoxes, des poussières, des papillons, des libellules, des sortilèges ? C’est un touche-à-tout, un jongle-tout.  (…) Son nouveau spectacle i-solo, créé ces jours derniers à Nexon, fait retour sur ses œuvres et ses vagabondages depuis trente-cinq ans. Ce n’est pas un best-of, c’est même le contraire : une méditation jonglée. (…) »

Jean-Pierre Thibaudat, blog Balagan – Médiapart – 16 août 2018
http://blogs.mediapart.fr/jean-pierre-thibaudat/