Anciens spectacles  
Compagnie Jérôme Thomas   
Sortilèges  
Compagnie Jérôme Thomas   
 
Création jeune public 2008
Sortilèges
For children 2008
Sortilèges
Distribution
Sortilèges
Infos minimales
Sortilèges  
Revue de presse   
Télérama Sortir n°3088, 18 mars 2009
Stéphanie Barioz
La Scène, N°51 – Hiver 2008/2009
Le Pariscope, mars 2009
Caroline Munsch

Février 2009
Propos recueillis par Agnès Santi
Télécharger l'affiche  en format PDF

Cirque Lili
CRÉATION 2001

 en savoir +

Rain/Bow Arc après la pluie
CRÉATION 2006

 en savoir +

Libellule et Papillons!
CRÉATION 2008 - Version théâtre

 en savoir +

Papillons!!
CRÉATION 2008 - Version rue

 en savoir +

Sortilèges
CRÉATION Jeune Public 2008

 voir les photos

Deux hommes jonglaient...
CRÉATION 2008 - Avec Roland Auzet

 en savoir +

Ici.
CRÉATION 2010

 en savoir +

Duo(s)
DEPUIS 2003 - Avec Jean-François Baëz

 en savoir +

FoResT
CRÉATION 2013

 en savoir +

Hip 127, La Constellation des
cigognes
CRÉATION 2016

 en savoir +

Autres créations de la Cie

 en savoir +

Sortilèges est une histoire pour les enfants, et l’histoire d’une enfant qui est en colère. Faire ses devoirs, elle ne veut pas, dormir, elle ne veut pas, mais rêver et jongler, elle veut bien.

Je vais tout ratatiner
Tout péter, tout déchirer
Tout mâcher et puis tout avaler
Mes parents et l’ monde entier
Je suis la plus Fâchée!

Justement, voilà que sa chambre et tout particulièrement son lit, s’animent, que les poupées deviennent acrobates, les personnages du livre de vrais guerriers, et que des corbeaux volent au dessus de sa tête… De fil en aiguille, d’un objet à l’autre, elle construit son imaginaire, rempart contre les peurs et échelle pour mieux grandir.

Quand les loups de la nuit
S’approchent trop près de mon lit
Sur un fil d’ araignée je bondis
Sur la ville endormie
Je fais le cirque de ma vie.

Pour raconter cette histoire, se mêlent techniques de cirque, jonglage, manipulation d’objets, acrobatie, théâtre et musique.

The show is about the story of an angry child. She doesn’t want to do her homework , she doesn’t want to sleep, but she does want to dream and juggle…
The child creates an imaginary world of her own, coming out from her magic bed.

We use several circus tecnics, especially juggling and acrobatics skills, music and song as a leitmotiv ( original music by Max Nagl), objects manipulation

 

Se faire manger par la couette
Sortir les Fantômes des draps
Le cahier magique
l’Antipodiste
Les numéros des fauves
Jongler des oula hops
Jongler les balles
Jongler des plumes
Jongler des cerceaux

 

Le spectacle a été présenté en septembre 2008 en avant première au Théâtre d’Ivry-Antoine Vitez à l’issue d’une résidence d’un mois.

Un spectacle de Jérôme Thomas

Musique originale Max Nagl

Avec
Karen Bourre : l’enfant jongleur

Bongo Maingi et Émile Chaygneaud-Dupuy: les acrobates, les guerriers, la ménagerie du cirque etc !!!

Costumes, accessoires : Emmanuelle Grobet
Son : Ivan Roussel et l'équipe du Théâtre Antoine Vitez
Lumière : Romain Ratsimba
Collaboration artistique et production : Agnès Célérier

Production : ARMO/Cie Jérôme Thomas, Théâtre d’Ivry-Antoine Vitez,
Cirque-Théâtre d’Elbeuf, centre des arts du cirque de Haute-Normandie.
Compagnie en convention avec la DRAC Bourgogne-Ministère de la Culture et de la Communication et le Conseil Régional de Bourgogne

Avec le soutien de l’équipe technique du Théâtre d’Ivry Antoine Vitez

Ce projet a bénéficié de l'aide à la résidence pour les arts du Cirque (DMDTS)
Et de l’aide à la création théâtrale du Conseil Général du Val-de-Marne

Disponible en 2009/10

Spectacle proposé à partir de 6 ans

Représentations en famille et scolaire

Durée : 55 minutes

Équipe en tournée : 5 personnes

Technique : deux services de montage avec prémontage

 Voir et/ou télécharger la fiche technique
 Voir et/ou télécharger la fiche technique Lumières

 

Prochaines dates

Voir LE CALENDRIER COMPLET de la saison 2010-2011


Un charmant maléfice

Avec « Sortilèges », Jérôme Thomas crée une fantaisie onirique et moderne sur le petit monde d’une ado.
C’est le soir. Une porte se referme sur le monde et l’autorité des parents. Dans la semi-obscurité, une enfant qui ne trouve pas le sommeil va transformer sa chambre blanche et sobrement meublée en piste de rêve, surprenante, exaltante, effrayante, et enfin apaisante (…) « L’enfant pense, s’agite, invente pendant cinquante-trois minutes. Ce temps-là est à la fois superchouette et troublant, car le spectateur pénètre dans son imaginaire », décrypte Jérôme Thomas. Un remake de L’Enfant et les sortilèges ? Non. Si Jérôme Thomas et Agnès Célérier, qui ont coécrit les textes joliment décapants de Sortilèges, avaient, à l’origine, envie de reprendre le livret de Maurice Ravel et de Colette, ils n’en ont finalement conservé que l’idée pour créer une fantaisie actuelle traversée par l’univers du cirque (…)

Une rébellion vitale

« Je vais tout dézinguer. Tout atomiser. Tout ratatiner. Je vais tout péter », crie l’enfant, qui se révolte contre les grands, les frites molles, le fromage qui colle et les soupes en sachet. « Elle est en colère contre le monde et c’est sain, explique Jérôme Thomas. L’enfant veut changer la vie par l’art et non par la guerre. Cette rébellion la réconciliera finalement avec le monde. » Greffé d’expériences comme autant d’étapes initiatiques, son rêve lui permet de franchir les portes de la nuit. Alors, son lit blanc se met à gonfler, gonfler, gonfler, pour finalement devenir un gigantesque oreiller qui l’engloutit pour un sommeil réparateur.


« Pas envie de faire mes devoirs, Pas envie de faire dodo c’est pour les bébés »… Seule dans sa chambre, allongée sur son lit, une petite fille entre en rébellion, comme d’autres couveraient une angine ou les oreillons. Soudain, sa couette, elle aussi, s’anime, menaçant presque d’engloutir ; fantômes s’en échappent, des guerriers surgissent… Des objets volent dans l’espace, les bruits se transforment, des mélodies naissent (musique originale de Max Nagl), et la chambre devient piste de cirque. Au rythme des rêves et des cauchemars de l’enfant, défilent des acrobates, des jongleurs, des fauves… Elle-même jongle avec des balles, des oula hops, des plumes et des cerceaux. Pivot du dispositif scénique, le lit sert de boîte à illusions et à apparitions. Peuplé de tant d’objets et de personnages, « dopé » aussi par tant d’imaginaire, il gonflera et se soulèvera, propulsant la petite fille dans le ciel, sous une magnifique pluie de plumes. Un tableau final à l’image de l’ensemble du spectacle : aérien et enchanteur.


(…) Ce spectacle est un hymne au ras-le-bol, un pied de nez aux parents, qui laisse une part d’argumentation au spectateur –énorme-, ce qui n’est pas donné à tous ! Une dose de rêve à conditionner, à apprécier, à imaginer. Sur scène, trois comédiens, et pour décor, un lit gigantesque. L’interprétation coule, nous embarque dans un univers onirique, magique, éphémère. Cette petite gueule d’amour, prise au jeu de ses fantasmes et de son imagination, nous fait partager sa vie au gré de ses rêves et de ses mouvements. Les mots sont rares, mais ils sont crus, parfois, pas toujours compréhensibles, mais très drôles et terriblement efficaces. Quant à ses deux acolytes – partenaires de jeu -, ils envahissent l’espace par leur prestation, leur carrure, leur enthousiasme à entrer dans la danse. « Waouhhh ! », s’exclament les enfants dans la salle, tant la représentation est loufoque, complètement inattendue.


- Entretien avec Jérôme Thomas -
Sortilèges : quand l’imaginaire réconcilie avec le monde

(…) Que ressent l’enfant? Et comment interviennent le cirque et ses techniques?
Au début du spectacle l’enfant est en colère, mais l’idée profonde qui sous-tend la pièce est de se réconcilier avec le monde, de ne pas être contre le monde. C’est ce que je veux transmettre aux enfants. Les scènes de Sortilèges rappellent le cirque dans son évocation traditionnelle, et les arts du cirque dans leur évocation contemporaine, à travers les corps de métier comme le jonglage ou l’acrobatie. Pour exprimer ses émotions, l’enfant décide de faire son cirque, et à la fin du spectacle il s’endort, réconcilié avec le monde (…)

Comment sont nés la bande son et le texte du spectacle ?
La musique, le chant et le texte sont originaux. Le compositeur Max Nagl, exceptionnel musicien autrichien, est aussi à l’aise dans le jazz que dans la musique classique. Il a aussi créé la bande son de Rain/Bow, l’un de mes précédents spectacles. Le texte, né de nos discussions et créé par Agnès Célérier, est le fil conducteur du spectacle. Sortilèges touche à tous les arts, au chant, au texte, au scénographique et à l’image, aux arts du cirque (…)

Quelle relation aux spectateurs entretenez-vous avec ce spectacle ?
J’ai envie que l’esprit des spectateurs soit oxygéné par le spectacle. Personnellement j’ai besoin d’avoir de l’oxygène et du champ devant moi. Aujourd’hui le champ se rétrécit de plus en plus, mais il existe, et je pense qu’il faut s’atteler à développer ce champ, autrement on entre vite dans un rapport négatif au monde (…)