Au printemps, jongler en tous lieux

En Bourgogne, deux occasions de nous retrouver !

En juin 2017, la compagnie Jérome Thomas répondait à une commande du Festival à Corte (Italie), et créait dans au château de Venaria Reale, une promenade jonglée qui se rejoua en septembre 2017 (dans le cadre des Journées du Patrimoine) au Château de Chambord.
Cette année, les Musées de Dijon (21) invitent  Jérôme Thomas à poser un autre regard sur les collections du musée et son patrimoine architectural, à travers sa pratique jonglistique.
Une occasion pour l’artiste de confronter son art de la jongle dans un espace et un format différent des plateaux de théâtre ou des pistes de cirque qu’il parcourt depuis 35 ans.
Dans un rapport performatif et spontané, face au public, il propose une série de tableaux jonglés adaptés à l’histoire et la configuration des lieux patrimoniaux de la capitale des Ducs de Bourgogne.

Deux temps, deux parcours et deux lieux :
Le 25 avril au Dortoir des Bénédictins du Musée Archéologique dans le cadre d’une Nocturne
et
Le 19 mai à l’occasion de la Nuit des Musées du Musée de la Vie Bourguignonne.

IMG_0785 1

 

Magnétic fin de saison avant la prochaine …

 

 Le 4 mai, nous terminerons la tournée 17/18 à Fontenay-sous-bois (94) dans le cadre de la programmation culturelle Fontenay-en-scène
 httphttp://www.fontenayenscenes.fr/spectacles/nos-prochains-spectacles//www.fontenayenscenes.fr

Quelques échos du spectacle …

Jérôme Thomas dépasse ici les carcans de la performance technique pour réaliser un important travail sur l’espace et le corps. Jouant d’atmosphère et d’enjeux scéniques contrastés, Magnétic est un spectacle total dont l’abstraction rejoint les sphères de la sensualité. A certains instants, même, celle de la grâce. Il y a quelque chose d’hypnotique dans cette radicalité contemporaine.
La Terrasse – Manuel Piolat Soleymat – 19/02/18

Tout de noir vêtues, quatre jongleuses-danseuses aux mains douées d’un toucher carressant font jaillir des salves de balles blanches. Manipulant des tiges flexibles, des files élastiques tombant des cintres et des plaques de polystyrène, elles rusent, dans trucages ni articifes, avec les lois de l’optique et les lumières magnifiques. En un ballet cinétique, se lèvent des paysages mouvants et des formes impalpables à la géométrie aussi tourbillonnante qu’éphémère. Spirales, cônes, prismes, polyèdres et cylindres géants se déploient en tableaux plus inventifs les uns que les autres. Magnétic c’est magnifique.
Le Canard Enchaîné – 14/03/18